Le pastel show

Je ne sais pas vous, mais nous après les fêtes de noël on a toujours envie d’un peu d’air.
On range les déco de noël, on vire le sapins, on aspire les trois milliards d’épines plaquées entre les lattes du plancher et on rêve à des couleurs plus douces, qui retiennent la lumière et nous la recrachent pour nous faire tenir jusqu’au printemps sans sombre dans la dépression hivernale.
Cette année n’a pas fait exception à la règle et il a suffit de bouger quelques objets et je changer des petits détails pour respirer un coup.

DSC_0243   DSC_0199   DSC_0197 DSC_0235 DSC_0217 DSC_0201

DSC_0195 DSC_0213 DSC_0209 DSC_0205

DSC_0271 DSC_0188 DSC_0204
J’ai dégagé les petites réglettes au dessus du canap’ en y mettant des cadres plus petits et des illustrations aux couleurs douces.
Le « Big Sur » composé avec des lettre Kidimo par Simon pour mon cadeau de Noël a trouvé une place au dessus du fauteuil dans un des petits coins que j’adore.
Le marine du canapé  était un peu tristoune, j’ai donc reteint un draps en lin ancien en mint. Après des années de recherche scientifique j’ai trouvé THE mélange pour y arriver. En toute modestie quand j’ai sorti mon œuvre de la  machine à laver, je me suis senti le David Copperfield de la teinture. Pour arriver à ce résultat j’ai mélangé un grand paquet de bleu ciel et un petit de jaune tournesol de la marque Dylon.
J’ai installé mon drap et j’y ai collé un tas de coussins doudou (genre les numéro 74, le top de la douceuuuuur) et pastels (le seul qui soit nouveau est le coussin à Pommes qui vient de chez les sœurs Greene).
En face j’ai dégagé un peu le plateau de l’enfilade, on y voit plus clair.
Sur la tomado (et on fera comme si vous n’avez pas vu que j’avais légèrement omis de faire la poussière avant les photos, ahem), j’ai bougé les trucs à droite à gauche, j’ai ajouté une petite plante et une corbeille bleu pastel de chez action.
Les jonquilles en direct du jardin illuminent le vase cactus qui a rejoint ses congénères sur le buffet.
Et quand parfois le soleil nous honore de son auguste présence, on pourrait s’imaginer au printemps (la saison, pas le grand magasin. Quoi que ça serait pas mal non plus, c’est pas la grande quinzaine du blanc en ce moment?